Premiers travaux
 

« Je suis devant ce paysage féminin
Comme un enfant devant le feu
Souriant vaguement et les larmes aux yeux
Devant ce paysage où tout remue en moi »

Paul Éluard, L’Extase, 1946